Brasserie Flamine

Brasserie Flamine

Populaire
lolo   03 septembre 2013  
 
0.0 (0)
1009   0   1   0   0   0
 
Write Review
Brasserie Flamine

coordonnées

Pays
Adresse
417 rue du Docteur Guérin 59162 OSTRICOURT

Contact

N° de téléphone
06 74 99 22 81
e_mail
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
À un peu plus de trente ans, Christophe Cloet, ancien ingénieur, spécialité travaux publics, vient de produireles premiers hectolitres de« sa » bière à Ostricourt. Entre campagne et corons, histoire originale de... La Flamine,qui titre 5,8 degrés.

Christophe Cloet a le regard pétillant. Comme le liquide qu'il verse dans un verre et qui dégage une mousse généreuse. Pétillant comme La Flamine, la bière artisanale dont il vient de produire 2 700 litres. « Flamine, c'est la contraction de flamande de la mine », explique celui qui vient de créer sa brasserie artisanale à Ostricourt. On sent que, pour rien au monde, il ne renierait ses origines flamandes, lui dont les parents sont restaurateurs à Volkerinkhove. « Ingénieur, j'ai travaillé dans les travaux publics où j'étais chargé de l'enfouissement des réseaux », raconte celui que l'idée de créer sa propre affaire a longtemps titillé.

Les hasards de la vie active ont précipité les choses chez cet amateur de bière qui brassait en amateur, chez lui. « Il suffit d'un petit moulin, d'une cuve de trente litres et de seaux de fermentation. D'ailleurs, un concours de brasseurs amateurs est régulièrement organisé à Sainte-Marie-Cappel », poursuit simplement celui qui s'était aussi lancé dans la fabrication de limonade. Sans trop de succès.

Pour passer de l'amateurisme à l'artisanat, une semaine de formation au lycée agricole de Wagnonville, dans le Douaisis, a suffi au brasseur pour qu'il se sente prêt. Une dizaine de mois plus tard, une fois les formalités financières, administratives réglées et les fournisseurs trouvés, il l'était. Pour de bon. « La bière, c'est de l'eau, de l'orge malté, du houblon et des épices, résume-t-il. Il y a des dizaines de milliers de recettes possibles.

Moi, j'en ai développé 37 avant de trouver la bonne ! Je les ai sélectionnées à partir de ce que mes amis et moi nous aimons. » Celle de la Flamine blonde dont 2 700 litres viennent juste d'être embouteillés en attendant la version ambrée qui arrivera à maturité dans cinq semaines environ.
« J'ai voulu faire original. Ça ne sert à rien de faire du classique, insiste l'artisan. Pour définir la Flamine, il suffit de la goûter. »

Comme une petite pointe de girofle ? Eh, oui. « C'est une épice que j'ai prise, un jour, au hasard », s'amuse celui qui fait tout au plus simple, du concassage du grain à l'étiquetage des bouteilles. Un artisan qui calcule tout et qui a veillé méticuleusement à l'installation du matériel. S'il subsiste une quarantaine de brasseries dans la région, le trentenaire est persuadé qu'il y a encore de la place pour sa production.

« Ça restera un petit marché artisanal et local,relativise-t-il avec réalisme. Mais, je vais commencer à fournir des épiceries, des restaurants, des professionnels, faire les marchés - dont celui d'Ostricourt, bien sûr - et les salons... » La fin de l'année devrait être favorable pour celui qui estime la production minimum à 16 000 litres par an pour amortir son investissement et payer ses charges.

Map

Inverser départ/arrivée

Avis des utilisateurs

Il n'y a pas d'avis d'utilisateur pour cet article.
Already have an account? or Create an account